Soirée précédente Soirée suivante

Biréli Lagrène

Biréli Lagrène

Biréli Lagrène "Gipsy project"

Pour les amoureux du jazz et de la guitare Biréli est un " extraterrestre ", technique vertigineuse, sensibilité, il sait s'adapter à toutes les musiques, tous les contextes. Né en Alsace le 4 septembre 1966 au sein de la communauté de Django Reinhardt, les historiens retiendrons son premier concert à l'âge de 4 ans et le fait qu'à 11 ans, il est capable de reprendre, note par note, tous les chorus du maître, interprétant avec une facilité déconcertante.

Dès 1986, il va varier les expériences électriques du rock blues, de la fusion ou du trio de guitares acoustiques, des rencontres qui le conduirons à partager la scène ou les enregistrements avec Jaco Pastorius, Al di Méola, Gil Evans, Benny Carter, Benny Goodman..remplacera Eric Clapton au sein de Cream.

Aujourd'hui Biréli propose un nouveau disque et un nouveau projet "Gipsy Project", un projet mûrement réfléchi et troublant.

On savait, depuis longtemps, que Biréli Lagrène n'en avait pas fini avec Django, avec ce jazz-là les aficionados, qui avaient eu la chance de l'entendre lors de boufs "after hours" ou de réunions familiales à qui il avait fait le bonheur de telle version, sidérante, de All The Things You Are, interprétée sur une guitare type Selmer, aficionados ou non, ce qui frappait alors, c'était l'engagement étonnant du guitariste dans le "faire" de la musique, comme une espèce de retour au sacré, car chez les Manouches, le rapport à Django n'est pas loin de la religion.

Chez les Gitans plus qu'ailleurs, la musique est un partage. Il fallait donc , pour ce " Gipsy Project ", pour qu'une telle musique fût ( à nouveau) possible, que Biréli s'entourât de frères en amitié ou frères de race.

C'est le cas du violoniste tsigane roumain Florin Niculescu, d'Holzamo Lagrène et d'Hono Winterstein aux guitares rythmiques et du fidèle Diego Imbert à la contrebasse. Epaulé par cette équipe de choc, un nouvel horizon semble pouvoir se déployer pour le leader, à partir de la tradition la plus ancrée, la plus intimement parcourue, jusqu'au vertige.

En acceptant de se lancer dans ce "Gipsy Project", ce n'est pas seulement sur la mémoire de la musique elle-même que Biréli Lagrène s'est mis à travailler, mais, plus fondamentalement, sur ce qui touche sa mémoire personnelle, à son identité profonde d'homme et de musicien.

(Tiré de Gipsy Project par Max Robin)

- Biréli Lagrène
- Holzamano Lagrène
- Hono Winterstein guitares
- Diego Imbert Contrebasse
- Florin Niculescu violon

Soirée précédente Soirée suivante