Soirée précédente Soirée suivante

Ahmad JAMAL

Ahmad JAMAL

Evènement. Celui à qui le batteur du trio de Keith Jarrett, Jack DeJohnette, également pianiste, dédia une composition intitulée «Ahmad The Terrible» se produit enfin sur la scène de Ramatuelle, dans un cadre qui n’attendait que lui.

On ne l’affirmera jamais assez : l’art pianistique de Jamal est indissociable de son génie proprement orchestral et ce que l’on a pu dire d’Ellington (son véritable instrument, c’était l’orchestre) est tout aussi vrai pour Jamal : il faut le voir diriger sa formation depuis son tabouret de piano sur lequel il frétille sans cesse.

Ruptures, contrastes, silences-respirations, citations désaxant le propos, accords violemment plaqués ou phrases ciselées mezzo voce, Ahmad Jamal a défini, à l’opposé du romantisme billevansien et des excès d’intimisme de certains de ses suiveurs, un art de la forme en mouvement, une utilisation inouië de l’espace, une dynamique expressive qui ne se départit jamais, par ailleurs, d’une inégalable félinité rythmique.

L’intégration à son trio d’un des plus talentueux percussionnistes qui soient, Manolo Badrena (ex-Weather Report, entre autres titres de gloire) devrait sans nul doute renforcer la sensualité de la prestation d’un des jazzmen les plus originaux du dernier demi-siècle. Stéphane Carini.

- Ahmad JAMAL piano
- James CAMMACK contrebasse
- Herlin RILEY batterie
- Manolo BADRENA percussions

Soirée précédente Soirée suivante