Soirée précédente Soirée suivante

Laurent Mignard DUKE ORCHESTRA

Laurent Mignard DUKE ORCHESTRA

On aura beau dire, on aura beau faire, en matière de big bands - que le Festival de Ramatuelle continue de soutenir avec une constance méritoire - il y a Ellington, et puis il y a les autres.

Seul le Duke, sans avoir jamais changer de format, nous procure cette sensation d’infinie liberté, de quasi-insensibilité aux modes, de créativité sans cesse renouvelée, d’audace et d’élégance (deux termes interchangeables pour lui ?) dans la construction, les couleurs harmoniques et les associations de timbres, d’échange amoureux avec ses solistes (invités d’un jour ou ancrés à demeure). Mieux une véritable entreprise de trans-substantiation : de Shakespeare à l’Afrique, des jungles harlemites aux poignants concerts de Musiques Sacrées, ce que n’aura cessé de délivrer l’orchestre d’Ellington, c’est un théâtre, une scène, un imaginaire suave, contrasté, profond et digne. Les siens.

De tout cela, Laurent Mignard en a une conscience lucide, encyclopédique et actuelle. Recréer, plonger dans les subtilités d’une interprétation juste et exigeante … on est loin du revivalisme stérile. Laurent Mignard a réussi le tour de force de faire reconnaître le Duke Orchestra comme le plus digne ambassadeur (le meilleur orchestre ellingtonien en activité selon la Duke Ellington Music Society). Un ensemble exceptionnel pour une musique protéiforme, qui fait vibrer tous les publics (néophytes et passionnés), servi par une « dream-team » de musicien(ne)s - François Biensan, Philippe Milanta, Nicolas Montier …- qui font plus qu’honorer cette musique : arpenter et dévoiler, le continent Ellington.

Le Duke Orchestra a obtenu le grand prix du Hot Club de France 2009 pour son premier album « Duke Ellington is Alive » (Juste une trace / Socadisc).
Stéphane Carini.

Recréer, plonger dans les subtilités d’une interprétation juste et exigeante, on est loin du revivalisme stérile. Laurent Mignard, à la tête de son big band, rend hommage à l’un des tout premiers jazzmen américains qui fit de son orchestre une palette expressive inouïe.

Soirée précédente Soirée suivante