Soirée précédente Soirée suivante

LA RENCONTRE DES PIANISTES JACKY TERRASSON – YARON HERMAN

LA RENCONTRE DES PIANISTES JACKY TERRASSON – YARON HERMAN

- Jacky TERRASSON Piano
- Burniss TRAVIS Contrebasse
- Justin FAULKNER Batterie

- Yaron HERMAN Piano
- Stéphane KERECKI Contrebasse
- Ziv RAVITZ Batterie

Jacky Terrasson trio en face à face avec Yaron Herman trio

Yaron Herman et Jacky Terrasson ensemble le même soir ?
Woah ! Ces deux grands musiciens, ont spontanément répondu oui à l’invitation de Denis Antoine, passionné d'abord, et toujours en recherche de défis pimentant « Jazz à Ramatuelle ».
Jacky, 47 ans, c'est le maître incontesté du clavier contemporain qui l'amène à être capable d'aborder le classique comme un Keith Jarrett, et le jazz en héritier d'Oscar Peterson ou d'Ahmad Jamal.
Jacky. Il est à la fois le sideman capable de faire swinguer les classiques de Charles Aznavour « Jazznavour », et de la chanson française. Il est aussi capable comme ce fut le cas dans le passé avec la divine Betty Carter ou Cassandra Wilson d'accompagner les plus belles voix. C'est aussi tout l'art du solo, du duo et du trio qu'il a su décliner plusieurs fois à Ramatuelle. Denis Antoine, le facteur swing créateur de ce festival, a cru en son talent dès le début: lorsque le label Blue Note de Bruce Landvall venait de produire ses plus beaux albums au début des années 90. L'histoire du Festival retiendra d'ailleurs ce fameux trio qu'il formait alors avec le batteur américain Leon Parker et le contrebassiste Ugonna Okegwo. Déjà, il avait ce toucher rapide et émouvant qui lui permettait d'illuminer sans complexes les standards, et d'imposer ses propres compositions. Plus récemment, Ramatuelle a vu Michel Portal rejoindre sur la scène de ce théâtre désormais mythique un Jacky Terrasson plus mur, retrouver avec Portal ce côté classique de ses débuts. Aujourd'hui Terrasson mélange ce côté percussif dans son jeu (un peu comme Jamal) et son côté lunaire, qui le rapproche justement de Yaron Herman, 31 ans...
Alors parlons en de celui là. Il est arrivé sur la planète jazz par hasard alors qu'il se destinait à une carrière de basketteur. Une blessure l'a amené à devenir pianiste de jazz et à 19 ans à donner ses premiers concerts. Ce musicien israélien reste aujourd'hui une sorte de petit génie du jazz. Là encore, il y a le trio de référence qui reste dans la mémoire des gens de ma génération. Ceux qui l'ont vu en solo dans la région au Midem de Cannes, et plus tard en trio à Jazz à Juan. Son trio de référence c'est celui qu'il formait avec d'autres jeunes musiciens : Matt Brewer à la contrebasse et Gérald Cleaver à la batterie.
Yaron sait galvaniser les foules, et un peu comme l'américain Brad Mehldau dont il se rapproche plus, élargir son répertoire au rock et aux musiques actuelles. Sa musique comme celle du trio EST dans un autre genre, séduit une nouvelle génération qui découvre ce jazz d'aujourd'hui. Terrasson et Herman se connaissent très bien. Ils ont déjà partagé l'affiche ensemble. Parfois même, ils n'ont pas hésité à se retrouver sur scène pour un duo.
Cette fois l’affiche exclusive proposée par Jazz à Ramatuelle mettra en scène les deux trios ensemble, la magie fera le reste avec la complicité de ces risque-tout.
Pour tous les amateurs de claviers, cette soirée du 16 août sera très attendue. Yaron Herman viendra présenter à Ramatuelle son nouveau trio avec Ziv Ravitz batterie et Stéphane Kerecki contrebasse.
Jacky Terrasson, sera avec son trio américain Ben Williams à la basse et Jamire Williams batterie.
Robert YVON

Soirée précédente Soirée suivante